Charge utile radioactive couplée à des anticorps comme thérapie du cancer.

Au cours des dernières décennies, les efforts de recherche se sont concentrés sur la transition des traitements du cancer d’une approche systémique à une approche ciblant spécifiquement les cellules cancéreuses tout en minimisant les effets secondaires pour le patient. Nous présenterons ici l’utilisation de l’actinium, un radio-isotope à durée de vie relativement courte, couplé à des anticorps spécifiques contre le sarcome synovial. Un nouveau concept prometteur qui combine la spécificité des anticorps avec la puissance de la radiothérapie.

Les premières thérapies contre le cancer étaient axées sur la destruction des cellules ayant un taux de prolifération élevé. Ainsi, les cellules normales du corps humain qui se divisent rapidement sont également touchées, ce qui entraîne souvent de graves effets secondaires pour le patient. De plus, la chimiothérapie peut favoriser la sélection de cellules chimiorésistantes et rendre ainsi plus difficile la guérison de la maladie. Malgré tous ses problèmes, les formes systémiques de chimiothérapie sont encore largement utilisées en clinique, car elles restent l’une des méthodes de traitement les plus efficaces. (1)

La radiothérapie est une forme de traitement additionnelle qui permet d’éviter les inconvénients systémiques de la chimiothérapie. Cette forme de traitement est très efficace, car elle peut être utilisée pour traiter des tumeurs solides sans l’inconvénient de la sélection de cellules chimiorésistantes. Cependant, son désavantage est qu’elle n’est pas capable d’éliminer les cellules métastatiques ou circulantes. (2)

Au cours des 20 dernières années, une variété d’anticorps hautement spécifiques ciblant différents marqueurs de surface du cancer ont émergé. Dans l’article de Sudo et al., un anticorps bien caractérisé ciblant Fzd10 a été couplé à un atome d’actinium radioactif. (3) La désintégration de l’actinium-225 entraîne la libération de 4 particules alpha à courte distance et à haute énergie sur le site de la désintégration. L’actinium-225 ainsi couplé à un anticorps ciblant Fzd10, un marqueur de surface pour le sarcome synovial, permet de cibler les cellules cancéreuses avec précision. Les chercheurs ont démontré qu’ils étaient en mesure d’obtenir 80 % de survie chez les souris, contre 0 % chez les souris non traitées. En outre, le traitement à l’aide d’anticorps conjugués à l’actinium a permis d’éliminer complètement toutes les cellules cancéreuses détectables chez 60 % des souris.

Le ciblage spécifique des cellules cancéreuses à l’aide d’anticorps à des fins thérapeutiques ou diagnostiques nécessite souvent la génération de novo d’anticorps. Chez MediMabs, nous proposons une grande variété de services allant de la génération d’anticorps de novo à l’expression recombinante pour aider votre équipe de recherche dans son projet. Concentrez-vous sur votre cible, nous développerons l’anticorps pour que vous l’atteigniez.

Written by
MédiMabs’ Team