Dis-moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es.

L’ingestion d’ADN endommagés par la cuisson comme nouveau mécanisme de carcinogénicité.

Comme le dit l’adage “dis-moi ce que tu manges et je te dirais qui tu es”, la relation entre les habitudes de vie, incluant la diète alimentaire, et le risque de développer un cancer est bien établie. Outre son implication comme facteur de risques chez certaines maladies chroniques comme le diabète de type 2 (1), l’alimentation est également associée au développement de cancers au niveau du système digestif. En effet, certains aliments cuits ont une teneur plus élevée en molécules cancérigènes, tel l’acrylamide dans la friture (2), tandis que la cuisson de la viande à haute température sur le BBQ engendre la synthèse de traces d’acides aminés hétérocycliques et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (3). Les cellules en contact direct et exposées de façon répétée à ces agents hautement réactifs peuvent finir par accumuler des mutations génétiques au fil des années.

L’équipe d’Eric T. Kool de l’Université de Stanford en Californie s’est quant à elle intéressée à l’impact de la cuisson à haute température sur l’ADN même des aliments ingérés (4). Leur étude s’articule autour de deux faits: d’abord, en condition de température extrême, l’ADN peut former des acides nucléiques anormaux (5); de plus, les aliments que nous ingérons, et principalement dans les viandes, contiennent une quantité importante d’ADN (6). Puisque notre organisme récupère naturellement les acides nucléiques ingérés, procédé moins énergivore que d’en faire la synthèse de novo, leur hypothèse est que l’absorption des acides nucléiques anormaux présents dans les aliments surchauffés pourrait être associés à l’apparition de mutations et de cancer. À l’aide d’un modèle murin, ils ont ainsi observé que plus un aliment est chauffé à haute température, plus il est associé au développement de tumeurs. Autre constat intéressant: plus les aliments consommés contiennent d’ADN, plus l’impact est important.

D’autres études seront nécessaires pour confirmer si les mêmes résultats sont observables chez l’humain. Cependant, cette équipe de recherche a mis en lumière un nouveau mécanisme oncogénique potentiel lié à l’alimentation, et plus particulièrement à la consommation de viande. Comme quoi, en recherche fondamentale, il est important de continuer à investiguer et à émettre de nouvelles hypothèses innovantes.

Autant en cancérologie que pour d’autres domaines de recherches, l’équipe d’experts chez Medimabs sera heureuse de vous aider à développer des outils sur mesure pour la détection des nouvelles cibles pour vos études.

Written by
MédiMabs’ Team
Change my preferences
+

We use cookies to facilitate your navigation and enable certain features. You can see detailed information about all cookies in each consent category below.

Functional cookies (Required)

These cookies are essential for the proper functioning of our website; that’s why you can’t delete them.

Statistical cookies

These cookies allow us to know the use made of our site and its performance, to establish usage statistics and to determine the volumes of attendance and use of the various elements.

Advertising cookies

These cookies are used to provide visitors with personalized advertisements based on previously visited pages and to analyze the effectiveness of the advertising campaign.

Reject
Confirm my selection
Cookies

This site uses cookies, deposited by our website, in order to improve your browsing experience. For more information on the purposes and to customize your preferences by type of cookies used, please visit our privacy policy page.

Accept all
Manage my preferences